Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7 jours / 7, de 9h00 à 18h00 (non surtaxé)

Avis de décès, Remerciements, Messe-Anniversaire, Condoléances
  • 925 journaux partenaires
  • 24H sur 24, 7 jours sur 7
  • Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Zaraï Rika

Zaraï Rika 19 février 1938 - 23 décembre 2020
11/01/2021

« Alors je chante »

Rika Gozman, dite Rika Zaraï est une chanteuse née le 19 février 1938 à Jérusalem d'un père russe et d'une mère polonaise. C’est l’ambassade d’Israël en France qui a annoncé sa mort dans son immense duplex de l’Ouest parisien à la décoration orientale selon Le Figaro.

Elle se familiarise avec la musique dès l'âge de 7 ans, lorsqu'elle commence les leçons de piano et décroche le premier Prix du conservatoire à 15 ans. Rika dirige un groupe musical de l'armée durant son service militaire avec lequel elle monte une comédie musicale...

Depuis son accident vasculaire en 2008 qui l’avait terrassé dans sa cuisine, son public n’avait plus vu sur scène la star populaire Franco-Israelienne. Après sa disparition, s'en sont suivis de nombreux hommages, tant par ses fans sur la Toile qu'à travers des reportages diffusés sur les chaînes d'information.

Des Années 60 à la fin des années 70, son heure de gloire va durer 10 ans.

A l’âge de 22 ans elle quitte Israël avec sa fille Yael pour la France sans parler un seul mot, divorcée elle va élever sa fille seule. Pour se nourrir elle chante dans des maisons closes en Allemagne et en Belgique où elle apprend vite le Français.


Une carrière de plus d'un demi-siècle.

Elle rencontre alors le directeur de l'Olympia Bruno Coquatrix, qui refuse de l'engager tant qu'elle ne maîtrise pas notre langue. Rika Zaraï, loin de se décourager, change de patronyme après son mariage avec Yohanan Zaraï, se produit pendant plusieurs années dans les cabarets parisiens le Caroll's et la Villa où Eddie Barclay la remarque. En 1965, elle fera la première partie de Jacques Brel à l’Olympia et va accumuler les succès...

Saluée par cinq disques d'or et plus de 29 millions d'albums vendus :

⦁ « Casatschok » est le tube endiablé qui a lancé sa carrière, sorti en 1969 et restera son plus grand succès.

⦁ « Hava Nagila » (1961) titre folklorique en hébreu
⦁ En passant par sa célèbre interprétation de « Sans chemise et sans pantalon » (1975).
⦁ « Alors je chante », titre également sorti en 1969.
⦁ Rika Zaraï adapte en français une chanson dévoilée lors de l'Eurovision la même année, « Vivo Canto ».

Moqueries et procédures judiciaires dans les années 80.

Un grave accident de voiture la laisse six semaines dans le coma, avec fractures du crâne et de vertèbres. Elle est sauvée, dit-elle, grâce à la "médecine douce", dont elle va devenir une ardente prosélyte au point de connaître un immense succès en librairies avec "Ma médecine naturelle" (1985). Surnommée "Madame tisane", elle vendra près de 3 millions d'exemplaires du livre, suivi d'autres, comme "Mes secrets naturels" ou "Ces émotions qui guérissent".
C'est le tollé dans le milieu médical.

"Rika Zaraï danger public" titre les journaux.

Elle s’attire de nombreux procès. Elle affirmait que le miel est "un excellent aliment pour prévenir et traiter le cancer" et qu'une personne atteinte du sida peut "redevenir séronégatif "à condition de suivre des soins naturels, principalement à base de buis et d'argile". Son usine Pronatura avait même ouvert en septembre 1986.

Rika Zaraï fait son retour à la chanson en 2000 à plus de 60 ans dans les boites de nuit Gay avant de rejoindre « Age tendre et tête de bois » en tournée.
En 2008, elle entendait marquer ses cinquante ans de carrière avec la sortie d'un nouvel album « Quand les hommes… » dans lequel elle reprend des titres de Georges Brassens et d'Yves Duteil. La même année, en juillet, elle subit un accident vasculaire cérébral. Depuis, elle tentait de se relever aux côtés de son deuxième mari, Jean-Pierre Magnier. Sa volonté de fer lui a permis d'assurer sa dernière apparition scénique en février dernier : quelques jours avant de fêter ses 82 ans, la chanteuse s'est produite aux Folies Bergères à l'occasion de "La Nuit de la déprime" (organisée par Raphaël Mezrahi). Son interprétation de « Prague », lui avait valu une standing-ovation...avant qu’elle ne fonde en larmes bouleversée par onze ans d’absence sur scène.
Très peu de personnes, en dehors des milieux du Rabbinat de France, sont au courant des dispositions prisent par la famille pour ses obsèques.

 

Ajouter un message