Carnet

John James Willliams

John James Willliams 1 avril 1948 - 29 octobre 2020
03/11/2020

La dernière passe d’un vrai grand du rugby gallois.

“Wales and British and Irish Lions great JJ Williams has died at the age of 72”.
C’est par ces mots que la BBC a annoncé la mort de John James Willliams, dit JJ Williams, l'ailier de la légendaire équipe du pays de Galles dans les années 70.
Il est mort un jeudi à l'âge de 72 ans.
Chez nous, qui dit Rugby dit souvent région Sud-Ouest et c’est naturellement le quotidien Sud-Ouest qui a salué parmi les premiers le « finisseur meurtrier ».

La presse Galloise nous apprend que JJ Williams est mort quelques jours seulement après la mort de son frère Peter. La nouvelle du décès, a été confirmée par son ancien club Bridgend, et elle fait donc suite à la triste mort de son frère Peter, l'un des entraîneurs de clubs les plus couronnés de succès du rugby gallois des années 1970, le 20 octobre.

Les deux frères avaient une passion pour l'athlétisme, l'enseignement et, bien sûr, le rugby.
Né le 1er avril 1948 à Nantyffyllon (on ne prononce pas anti-Fillon !), le N°14 va disputer son premier test match le 24 mars 1973 contre la France et son dernier contre l'Angleterre le 17 mars 1979 avec la légendaire équipe du pays de Galles aux côtés des JPR Williams et autres Gareth Edwards.

⦁ L’Ailier avait également marqué cinq essais en deux tournées avec les Lions britanniques et irlandais en 1974 et 1977, dont quatre lors de la campagne triomphale de cette équipe en Afrique du Sud en 1974.
⦁ J.J Williams a marqué 12 essais en 30 tests avec le pays de Galles pour lequel il a joué de 1973 à 1979 et avec lequel il a remporté deux Grands Chelems en 1976 et 1978.

Selon les spécialistes (forcément), le Pays de Galles des années 70 est la plus forte équipe européenne de tous les temps. Profitons de l’occasion pour saluer la mémoire de notre grand commentateur sportif Roger Couderc qui a grandement contribué à élargir la popularité du rugby en France et son célèbre « Allez les petits », un seigneur du micro. Il n’a pas de mal à se souvenir des bons moments... l’enfant du Sud-Ouest repose aujourd’hui au cimetière de Mauvezin, « les jambes tournées vers le terrain de rugby et la tête vers l’église », selon sa volonté.

Mais revenons à J.J, le professeur de profession qui a publié son autobiographie il y a juste cinq ans, ce trésor national des « Poireaux » (emblème du XV Gallois) est franc, intelligent et reconnu partout et le livre donne un nouvel aperçu de certains des secrets du rugby gallois. (The Life and Times of a Rugby Legend – Editions Y Lolfa October 2015).
Après avoir raccroché ses crampons, JJ est devenu consultant régulier à la télévision et à la radio, tandis qu'il dirigeait une entreprise de peinture commerciale et industrielle basée à Pyle.

Nos pensées vont à la famille de JJ, à ses nombreux amis et à ses anciens coéquipiers en ce triste moment. Un vrai grand du rugby gallois", a commenté le club de Llanelli avec lequel Williams a joué 223 matches.
Un homme qui a inspiré toute une génération grâce à ses incroyables capacités de course et de finition », ont déclaré les Lions.

Williams laisse dans le deuil sa femme et ses enfants, dont son fils Rhys qui a suivi les traces athlétiques de son père, ancien sprinter, il avait participé en tant qu'athlète aux Jeux du Commonwealth en 1970. Junior, lui, est devenu champion d’Europe du 400 mètres haies en 2012 à Helsinki.

 

Ajouter un message