Carnet

Quino

Quino  17 juillet 1932 - 30 septembre 2020
02/10/2020

« Je dessine parce que je m’exprime mal »

Le papa de la petite héroïne "Mafalda", est décédé après avoir été hospitalisé pour un AVC. La disparition de Joaquín Salvador Lavado Tejón, plus connu sous le pseudonyme de « Quino », été annoncé par son éditeur, Daniel Divinsky.

2020, Année obscure pour la BD.

Il y a eu les départs d’Uderzo (Astérix) et d’André Chéret, le dessinateur de Rahan en mars, de Duchâteau, scénariste de Ric Hochet, en août, et maintenant, Quino. Né en 1932 en Argentine de parents immigrés espagnols, Quino était l’un des grands noms de la bande dessinée humoristique internationale.
⦁ Il n’a que 13 ans quand sa mère meurt, impressionné par les dessins de son tonton graphiste, il s’inscrit à l’école des beaux-arts.
⦁ À 18 ans, il se rend à Buenos Aires mais en revient bredouille, suivent trois années de galère.
⦁ En 1954, l’hebdomadaire argentin Esto Es publie sa première page. « C’était le jour le plus heureux de ma vie ».

Il laisse une œuvre engagée et admirée par des fans du monde entier.

Il imagine le personnage Mafalda pour une publicité qui ne verra jamais le jour, il commence à raconter son histoire en dessin dans la revue Primera plana de Buenos Aires le 29 septembre 1964, il continuera jusqu’en 1973.
L’irrespectueuse Mafalda, espiègle avec deux points pour les yeux, une petite boule en guise de nez et toujours un nœud dans son épaisse tignasse noire, est la fille d’une femme au foyer et d’un agent d’assurances argentins totalement dépassés par sa maturité.

Sa popularité dépasse les frontières de l’Argentine puis de l’Amérique latine et gagne l’Europe. Sous l’Espagne de Franco, Mafalda est réservée aux adultes. Elle est censurée en Bolivie, au Chili et au Brésil. Après le coup d’État de 1976 en Argentine, Quino s’exile en Italie, puis en Espagne.

Quino décidera en 73 d’arrêter sa série par peur de « trop se répéter ».

« On s’est alors mis à me traiter comme si j’étais un assassin ! », confiait-il au journal Le Monde, « agréablement surpris » par ce succès. Il s’était alors remis à dessiner des « Monsieur Tout-le-monde » interchangeables, médiocres et à la stupidité universelle. 
Dans son dernier volume en français, ‘’Manger, quelle aventure !’’, réédité en 2016, il s’était attaqué à l’alimentation. Il avait définitivement posé son crayon en 2006, atteint de problèmes de vue.
⦁ Quino a été décoré de la Légion d’Honneur après soixante ans de dessins, remise par l’Ambassadeur de France en Argentine.
⦁ Pour les 50 ans de Mafalda, le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême lui avait consacré une vaste exposition en 2014.

Celui que l’on surnommait volontiers le « Sempé argentin », n'a jamais cessé de se battre contre l'arbitraire et les abus d'un monde en pleine mondialisation.
Derrière la naïveté feinte de l'enfance, Quino a distillé dans son œuvre un regard sur la guerre, l'argent, les adultes et la vie en général...

 

Ajouter un message