Carnet

Little Richard

Little Richard 5 décembre 1932 - 9 mai 2020
11/05/2020

Il était un des pionniers du rock'n'roll.

Artiste fou, dans tous les sens du terme, le mythique pianiste et chanteur Little Richard vient de mourir à l'âge de 87 ans. Son fils, Danny Jones Penniman et son ancien bassiste Charles Glenn ont annoncé la nouvelle aux médias américains. Notre grand spécialiste du Rock, Philippe Manœuvre a très rapidement réagit à la disparition de l’artiste le même jour au journal Le Parisien.

Né Richard Wayne Penniman à Macon (Géorgie), sa famille est régie par de stricts préceptes moraux, son père le chasse de la maison à 13 ans en raison de « ses manières homosexuelles », il est recueilli par des voisins et commence à chanter au sein d’une formation familiale de gospel dans les églises en gardant sa voix au timbre aigu. Sa rencontre avec le « Prince du blues » le chanteur Billy Wright en 1950 et son parrainage lui permet de signer un contrat avec la compagnie RCA Records.

Le Petit Richard devient célèbre avec des succès comme "Tutti Frutti", "Long Tall Sally" et "Rip It Up". Il était connu pour ses débordements d’énergie et ses performances extravagantes au piano. Venu du R&B, il a permis dans les années 1950, à l’instar d’autres artistes noirs comme Chuck Berry ou Fats Domino, l’émergence d’un genre nouveau : le Rock‘n’roll. Ce personnage androgyne, ainsi que son maquillage et ses vêtements flamboyants ont inspiré des légendes comme Prince et Elton John, tandis que sa musique a fortement influencé Elvis Presley.

Little Richard a aussi contribué à lancer (en partie) la carrière des Beatles qui faisaient sa première partie notamment lors d'un concert mythique à Hambourg.

En hommage, Mick Jagger a déclaré : "Il n'y a pas une seule phrase pour décrire son emprise sur le public... Quand vous jouez sa musique aujourd'hui, elle a toujours la même énergie crue, électrique, qu'elle avait quand elle a surgi au milieu des années 50 (...) Tu vas me manquer, Richard." 

« Je suis l’architecte du rock’n’roll, l’initiateur, celui qui le personnifie. »

Little Richard, « rockeur de génie et âme torturée » titre le Progrès car le pianiste-chanteur a contribué à donner au rock and roll un air de scandale, avec ses chemises criardes, sa haute coiffure banane à caractère pompadourien et sa moustache très fine. Il n’a cessé de faire des allers-retours entre la drogue et l’alcool, entre l’homosexualité et la bi-sexualité (« Le sexe, pour moi, est comme un buffet. Tout ce qui me tente, je le prends »), entre Dieu et la « musique du diable » :

⦁ Coup de Théâtre en 1957, après une tournée australienne avec Gene Vincent, Eddie Cochran et Alice Lesley, il a des visions nocturnes et décide d'abandonner “la musique du diable”. Little Richard tourne ainsi le dos au monde du rock pour se consacrer à des études de théologie. Marié en 1959 et devenu pasteur, le couple adopte un enfant, il se tourne alors exclusivement vers le gospel...
⦁ Quatre ans plus tard, le mariage sombre après l'arrestation de Little Richard pour « comportement indécent avec des hommes dans des toilettes ».
⦁ Il revient à ses premières amours rock'n'roll avec le bien nommé Little Richard Is Back, en 1964.

La légende du rock fut l'un des premiers à intégrer le « Rock'n'Roll Hall of Fame » en 1986. Il donnera son dernier concert à Las Vegas en 2014. Le Petit Richard va mettre le feu au Paradis c’est certain, c’était un pionnier et beaucoup de très grands artistes ont pioché quelque chose chez lui.

 

Ajouter un message