Carnet

Wojciech Pszoniak

Wojciech Pszoniak 2 mai 1942 - 19 octobre 2020
21/10/2020

Grand homme de cinéma et de théâtre polonais et français.

Le père Andrzej Luter, qui a accompagné l’artiste jusqu’aux dernières heures de sa vie, a écrit : « Wojciech Pszoniak est décédé aujourd’hui, à 6 h 08 du matin, à l’âge de 78 ans. Un des plus grands, un des géants du film et du cinéma polonais de l’après-guerre ». Selon Ouest France, il s’est éteint à Varsovie d’un cancer généralisé et l’annonce a été faite par un proche ami de la famille de l’acteur.

Né à Lviv (Ukraine), ses racines : la noblesse polonaise (les Seredyńskis) du côté de son père, et juive hongroise du côté de sa mère, il y a donc un aspect du multiculturalisme dans l’éducation du jeune Wojciech.

Il grandit à Gliwice (Dans la partie sud de la Pologne), où sa famille s'installe après la guerre. Wojciech apprend à jouer du violon, de la clarinette et du hautbois à l'école secondaire. Il joue dans l'orchestre militaire et se produit dans des théâtres amateurs et théâtres étudiants avant de devenir diplômé de l'École nationale supérieure de théâtre Ludwik-Solski.

« C'est ma mère qui a fait de moi un acteur. Quand j'avais de la fièvre, elle pensait toujours que je faisais semblant et m'envoyait à l'école. J'ai dû élever mon jeu d'acteur pour la convaincre de la maladie... » déclarait-il dans un quotidien polonais en 2016.

Au théâtre, Pszoniak a travaillé comme acteur dans trois des théâtres les plus célèbres de Pologne : le vieux théâtre de Cracovie, le théâtre national de Varsovie et le théâtre Powszechny. Dans les années 1980, pendant le régime militaire du général Jaruzelski, il s’installe à Paris et continue à travailler dans les théâtres. Il s'illustrera en 1983 au Théâtre national de Chaillot dans la pièce Par les villages.

Au cinéma, sa carrière internationale a commencé avec le rôle de Moryc Welt dans La Terre de la grande promesse d'Andrzej Wajda son compatriote.
Il a également eu des rôles dans d'autres films importants de celui qui fut l’incarnation du cinéma polonais :

⦁ « The Wedding » (1972).
⦁ Il est l’interprète de Robespierre dans « Danton » (1982) avec Gérard Depardieu
⦁ En 1990, dans « Korczak » Wajda lui donne enfin le premier rôle.
Au total, il est apparu dans une centaine de films très divers, des films polonais, allemands ou bulgares aux productions américaines et françaises (Braquo, Vipère au poing, Chaos, la série Rosemary's Baby... il collabore notamment avec Volker Schlöndorff et Peter Handtke, aux côtés des célébrités disparus, Michel Piccoli ou Michel Aumont...
Du thriller au comique, il a apporté son savoir-faire au cinéma français. Sa rencontre avec le milieu théâtral et cinématographique français a, pour reprendre son expression « changé sa vie ».
⦁ En 2008, il a reçu l'Ordre du mérite pour « sa contribution au développement des relations franco-polonaises dans le domaine de la culture »
⦁ A l’Ambassade de France à Varsovie, il est fait Commandeur des Arts et des Lettres en 2018
⦁ Wojciech Pszoniak possède également son étoile sur l'Allée des Célébrités de Łódź, (l'équivalent polonais du Walk of Fame d’Hollywood).

Il était parmi les plus grands comédiens polonais de l'après-guerre.

Ajouter un message