Carnet

Mady Mesplé

Mady Mesplé 7 mars 1931 - 30 mai 2020
04/06/2020

Les amateurs d’art lyrique sont en deuil. 

Nous écrivions la nécrologie de l’immense baryton Gabriel Bacquier il y a juste une semaine, la sale maladie de Parkinson vient d’emporter l’archétype du soprano léger à la française : Mady Mesplé. Elle s’est éteinte à l’âge de 89 ans chez elle entourée de sa famille.

Ô mon paîs, ô Toulouse, ô Toulouse...

Deux ans après la naissance d’un autre célèbre toulousain, Claude Nougaro c'est dans la ville rose que Mady Mesplé est née, la jeune fille fait des études de piano au Conservatoire : « j'ai adoré le solfège. Ne me demandez pas pourquoi, mais c'était un vrai plaisir, quelque chose d'enthousiasmant. Cela m'a permis d'entrer à 7 ans au Conservatoire...à cet âge-là, il avait fallu que j'obtienne une dérogation... ».

A la fin de l’adolescence, Mady est amenée par des gens qui l'entendaient chantonner à prendre de véritables cours de chants. Elle s’inscrit cette fois au Conservatoire en chant. Et tout est allé très vite...

⦁ Elle débute à l'Opéra de Liège dans Lakmé de Léo Delibes.
⦁ Sa carrière connaît un tournant en 1960, elle triomphe à l'Opéra Garnier de Paris avec le rôle-titre de Lucia di Lammermoor de Donizetti.
⦁ Les grandes maisons d'opéras des capitales lui ouvrent leurs portes. Du Bolchoï de Moscou au Métropolitan Opéra de New-York.

Le monde veut entendre cette voix exceptionnelle au Met de New York, la Scala de Milan, le Colon de Buenos Aires…

Magdeleine « Mady » Mesplé aura traversé avec bonheur tous les continents du lyrique.
Avec humilité, elle confiait à France-Musique : « Il faut être très musicien, avoir beaucoup d’oreille. J’ai beaucoup travaillé, je crois que j’entends bien, j’ai fait assez d’assez d’harmonie. Mon Dieu, j’ai souvent été perdue, ne sachant plus ce que je chantais ! ».
Mady abandonnera l'opéra à la fin des années 70 pour se consacrer à la mélodie et à l'enseignement (à Lyon, Bordeaux ou à l'école normale de musique de Paris).

La presse de Haute-Garonne nous apprend qu’elle s’était retirée depuis une quinzaine d’années, taraudée par la maladie (Elle était atteinte depuis le milieu des années 90). Son abondante discographie témoigne de toutes les facettes de son art et à l'heure où on salue toute possibilité de "démocratiser" l'opéra et le classique, la belle cantatrice a permis à cette musique de trouver sa place notamment dans les médias. Une voix à son image : lumineuse.
Mady Mesplé s’est envolée à jamais au panthéon de l’art lyrique, légère comme l’élégance...

 

Ajouter un message