Carnet

Roger Borniche

Roger Borniche 7 juin 1919 - 16 juin 2020
17/06/2020

Une « Flic Story » ... Police et Cetera.

Le policier de l’après-guerre qui s’était reconverti dans l’écriture de polars, est mort à l’âge de 101 ans a annoncé Michèle sa femme. Après avoir vécu de longues années à Los Angles en Californie, Roger Borniche et son épouse vivaient depuis plusieurs années dans le quartier de la Californie, mais à Cannes... le quotidien des alpes maritimes Nice-Matin a donc été un des premiers à relayer l’information.

De la traque des bandits aux polards ...

Le « Titi » parisien est d'abord comique troupier en 1937 puis chansonnier au Caveau de la République. Roger entre dans la police pour échapper au Service du travail obligatoire mis en place par les Allemands, il démissionne pour ne pas servir le régime de Vichy. Il devient inspecteur de la Sûreté nationale en réintégrant la Police en 1944.

Il quittera la police en 1956 et deviendra détective privé avant de se lancer dans les romans policiers.

Ce policier s’était illustré en traquant des figures du grand banditisme comme Pierrot le fou, Jo Attia, Emile Buisson ou René la Canne. Son seul regret c’est, comme le souligne Le Monde , celui de n’avoir pas arrêté Jacques Mesrine, connu pour des braquages médiatisés et pour ses évasions, et abattu en 1979 à Paris, par la brigade antigang.
L’inspecteur Borniche se targuait d'avoir précisément arrêté 567 truands en 13 ans de carrière et tout cela sans porter d’armes « J’ai toujours pensé qu’il fallait prendre les truands vivants et je n’ai jamais porté d’armes... parce qu’après, ces gens parlent et qu’on apprend des choses ».
Il créera ensuite une agence d’enquêtes privées spécialisées dans les fraudes aux assurances (qui sera reprise par son fils).
Ses vingt-huit romans policiers (Deux d’entre eux racontent sa propre vie : « Borniche story » et « L’indic ») seront traduits dans une vingtaine de langues. On lui doit notamment Le Privé, Le Ricain, Le Gringo, L'archange, Le Maltais, Le boss, Vol d'un nid de bijoux... certains inspireront les célèbres longs-métrages :

⦁ Flic Story (1975), Alain Delon avait incarné le rôle de son ami dans le film de Jacques Deray.
⦁ Le gang (auxquels participera également son ami Alain Delon)
⦁ René la Canne, avec Gérard Depardieu
⦁ L'indic, avec Daniel Auteuil.

Bavard, expansif, bon imitateur (de Charles Trenet ou de Fernandel), il était doué pour la communication, avant le déferlement médiatique des réseaux sociaux.

« Ses ouvrages ont connu un immense succès populaire parce que ses héros étaient crédibles » (La Croix) et parce qu'on ne s'ennuyait jamais dans ses histoires de bas-fonds, de drogue, de prostitution, de malfrats... d'un temps qui semble très lointain aujourd'hui.

 

Ajouter un message