Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7 jours / 7, de 9h00 à 18h00 (non surtaxé)

Avis de décès, Remerciements, Messe-Anniversaire, Condoléances
  • 850 journaux partenaires
  • 24H sur 24, 7 jours sur 7
  • Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Obsèques : Jean-Jacques Sempé

Obsèques : Jean-Jacques Sempé 17 août 1932 - 11 août 2022
26/08/2022

Le prince du détail et de l'ironie.

Clap de fin pour cet observateur amusé de nos petits travers et de nos rêves démesurés.
Le dessinateur se serait éteint « paisiblement », comme l’a relayé son ami et biographe Marc Lecarpentier dans la presse. Selon ce dernier, le décès de l’auteur serait survenu dans sa résidence de vacances, en présence de sa femme et de ses proches. Marqué par les disputes de ses parents et son bégaiement, Jean-Jacques Sempé a grandi à Bordeaux avant de gagner la capitale dans les années 1950. « Mon enfance n'a pas été follement gaie. Elle était même lugubre et un peu tragique ». Bien vite sorti du circuit scolaire, il devient l’ami de René Goscinny.

Celui qui disait être devenu dessinateur "par hasard et par nécessité" nous laisse Le Petit Nicolas

⦁ Il publie en 1951 ses premiers travaux dans le journal Sud-Ouest, signés DRO (issu de l'anglais to draw, "dessiner") et payés l'équivalent de 1€ par planche.
⦁ Puis vient, à la fin des années 1950, le personnage du Petit Nicolas, inventé pour le journal belge Le Moustique et publié dans Sud-Ouest Dimanche, Elle et Pilote entre 1959 et 1965 avant d'être édité par Denoël.

Un autobus sur un pont traversant la Seine de nuit, des musiciens, des cyclistes, un cracheur de feu, des scènes à Central Park, Saint-Tropez ou au Jardin du Luxembourg... Dans chacune de ses oeuvres, on retrouve ses thèmes de prédilection : la petitesse de l'homme dans la nature, sa solitude dans la ville, ses disputes, ses ridicules et ses ambitions démesurées, les limites de l'esprit d'équipe...

Depuis, la nostalgie est toujours ce qu'elle était, et les aventures de l'écolier le plus chahuteur de France se sont écoulées à plus de 15 millions d'exemplaires dans le monde, traduites en plus de trente langues.

Le dessinateur de presse prend son envol en 1957.

Paris Match lui ouvre ses colonnes mais il s'essaie à la gouache et à l'aquarelle et oeuvre pour plusieurs laboratoires pharmaceutiques : "Tous les dessinateurs rêvaient de ce type de travail, qui était bien mieux payé que les dessins dans les journaux..." Punch, l'hebdomadaire satirique anglais, mais aussi Le Nouveau Candide ont le bon goût de faire bientôt appel au trait décapant de ce témoin de notre temps, tandis que paraissent les premiers albums : Rien n'est simple, Monsieur Lambert, Par avion, Saint-Tropez... Sempé observe "La vie moderne" durant dix ans à l’Express.

Le 17 août 1978 (jour de son 46e anniversaire), le dessinateur français entame une collaboration fructueuse avec le New Yorker et son coup de crayon y fait des merveilles. L’illustrateur français a réalisé plus de 110 dessins pour le célèbre magazine américain, avec qui il a collaboré pendant une quarantaine d’années.

« Il m'est arrivé de devenir, par moments, raisonnable mais jamais adulte. »

En France, en sociologue averti, il ne cessera, des décennies durant, avec sa bienveillante ironie, de stigmatiser les snobs et de jeter un oeil tendre sur les "petites gens" et leurs rêves trop grands. Avec tendresse, poésie et malice, un humour qui se déplie à l’infini et une liberté absolue, il nous a appris à regarder le monde avec un regard d’enfant.

« Le dessin de Sempé, par son sourire et son élégance, faisait voir la vie avec moins de désespérance », a salué l’écrivain Benoît Duteurtre. Il a rendu hommage à « l’artisan qui passait des heures au pupitre ». Un dernier au revoir aux obsèques le vendredi 19 août, quelque 300 personnes ont assisté, à Paris, à l’enterrement du dessinateur salué par Anne Goscinny, la fille de son ami, comme celui qui faisait sourire tout le monde. Sempé a été inhumé dans l'intimité au cimetière du Montparnasse. 

Ajouter un message