Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7J / 7, de 9h à 18h (appel local non surtaxé)

550 journaux et éditions
Commandes 24H sur 24, 7 jours sur 7

Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Publiez un avis dans la presse

Registre des décès en France depuis 1970.
Plus de 26 millions de résultats (Insee)

En consultation gratuite

Recherchez un avis de deces

Inhumation : Pierre Daix

Inhumation : Pierre Daix 24 mai 1922 - 2 novembre 2014
01/10/2015

Auteur de plusieurs ouvrages touchant l'art au XXe siècle

« Françoise Daix fait part avec tristesse du décès ce dimanche matin de son mari, Pierre Daix », a indiqué son épouse dans une déclaration transmise à l'AFP. L’écrivain, journaliste ancien résistant et déporté, Pierre Daix, auteur de plusieurs ouvrages touchant l'art au XXe siècle, s’est éteint dimanche 2 novembre à l'âge de 92 ans.
 

« Un homme libre », c’est ainsi que le président François Hollande l’a qualifié

« Il participa à la toute première révolte étudiante sous l'Occupation, le 11 novembre 1940 à l'Arc de Triomphe. Résistant, il fut arrêté, torturé et déporté à Mauthausen », ajoutait-il.
 
Pierre Daix, amateur de l'histoire de l'art et, en particulier, de son ami Pablo Picasso a consacré une grande partie de ses ouvrages à Picasso et à la peinture. Il s’est également intéressé au cubisme, Rodin, Manet, Gauguin, Soulages, Hartung, les surréalistes, Matisse, Alechinsky, Zao Wou-ki, ou encore l’homme d'affaires et collectionneur François Pinault.
 
On lui doit également « Aragon » (1975), « Les Hérétiques du PCF » (1980), ou encore « Bréviaire pour Mauthausen » qui lui a valu le prix François Mauriac en 2005. Parmi ses nombreux romans, on peut citer « La Dernière Forteresse » (1950), « Classe 42 » (1951), « Les Chemins du printemps » (1979), « L'Ombre de la forteresse » (1990), ou encore « Quatre jours en novembre » (1994).
 

Médaillé de la Résistance, croix de guerre 39-45 et grand-croix de la Légion d'honneur en 2012, on lui doit une cinquantaine de livres

Né à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 24 mai 1922, Pierre Daix adhère au Parti communiste dès l'âge de 17 ans, à l’issu de ses études à la faculté de lettres de Paris, en 1939 et entre après dans la Résistance. Arrêté, Pierre Daix a été emprisonné au camp de Mauthausen (Autriche), une épreuve qui l’a conduit à écrire en 2008 « Les Revenantes », un roman consacré aux femmes déportées. À sa Libération, il rejoint le cabinet de Charles Tillon, un ministre communiste de l’époque, puis, travaille de 1948 à 1972, à la revue « Les Lettres françaises » en tant que rédacteur en chef, dirigé par Louis Aragon qui deviendra plus tard un grand ami. Il fut ensuite, de 1950 à1953, directeur du quotidien communiste « Ce Soir ».
 
Il sera trente ans plus tard, de 1980 à 1985, conseillé de la rédaction du « Quotidien de Paris » puis travaillera pour le Figaro littéraire.
 
Aveugle devant les abominations commises en Union Soviétique, Daix changera dans les années 1960, de position, choqué par le résultat du Printemps de Prague.
 
À la sortie de « L'Archipel du Goulag », il publie « Ce que je sais de Soljenitsyne » en 1974, et rompt avec le PCF.

Ajouter un message