Carnet

Guy Ligier

Guy Ligier 12 juillet 1930 - 23 août 2015
01/10/2015

Guy Ligier n’est plus dans la course ...

Le Français Guy Ligier, figure emblématique du sport automobile, notamment la formule 1, et fondateur de l’écurie éponyme, est décédé le 23 août 2015 des suites d‘une attaque cardiaque.
Né le 12 juillet 1930 à Vichy, Guy Ligier qui a débuté professionnellement comme apprenti boucher avec pour objectif d’acheter un bulldozer pour se lancer dans le BTP, joueur de rugby ayant connu une carrière méritante dans les années 1940, il est rentré dans la compétition automobile en 1964 :

- Il participe aux 24 Heures du Mans au volant d’une Porsche 904 (il courra l’épreuve à huit reprises). Son meilleur classement : 2eme en 1975.
- Rallyes, endurance, formule 3, formule 2… Il finira par disputer 12 Grands Prix de F1. L’histoire retient sa sixième place en Allemagne en 1967.

Guy Ligier rêve alors, avec son coéquipier et ami Jo Schlesser, de construire « de bonnes voitures ». Ils se lancent l’année suivante et fondent l’écurie Intersport. Le 7 juillet 1968, Jo Schlesser se tue lors du Grand Prix de France à Grand-Couronne, en Seine-Maritime. En hommage, les Ligier porteront la dénomination « JS »...

Homme de convictions, passionné, au caractère bien trempé, qui est capable de déplacer des montagnes selon les termes de sa famille, nombreux sont ceux qui ont témoigné après l’annonce de son décès :

- Éric Boullier, le directeur compétition de l’écurie McLaren, dans son hommage rendu à l’emblématique patron français, a dit que Guy Ligier avait un caractère dur et intransigeant, mais il était également un pilote dans l’âme.
- Jean Todt, président de la FIA, a fait part de sa tristesse lors de la disparition de celui qu’il qualifie d’un personnage fondamental à l’échelon international pour le renouveau du sport automobile français.

La Famille de Guy Ligier a tenu à remercier pour les très nombreux témoignages d’affection suite à l’annonce de son décès. Pour son petit-fils François Ligier, son grand-père était un homme droit et visionnaire.

De la F1 à la voiturette ! une reconversion réussie.

Quand vous rentriez chez Ligier, vous tombiez sur une… Ligier, un peu poussiéreuse, la formule 1 pilotée en 1986 par René Arnoux était exposée dans le hall du siège de l’entreprise, à Vichy. Guy Ligier était un fou de voitures capable de créer, à partir de pas grand-chose, une écurie de formule 1 qui gagna 9 Grands Prix et fut (presque) l’égale de Ferrari.
De nos jours, la société de 300 salariés, dirigée par François, le petit-fils de Guy a sorti en 2016 plus de 14.000 voiturettes (il est possible de conduire ces engins dès 14 ans, comme un scooter) de ses usines de Vichy et Boufféré (Vendée), pour un C.A de 141 millions d'euros contre 85 millions d'euros en 2014.

Sa dernière course...

Naturellement aux funérailles, venus entourer et soutenir sa famille, son épouse Denise, sa fille Pascale, son fils Philippe, ses petit enfants et arrière-petits-enfants, tous les principaux pilotes qui ont autrefois piloté une monoplace Ligier en Grand Prix, avaient effectué le déplacement à Vichy :
Philippe Alliot, François Hesnault, Franck Lagorce, Jean Pierre Jabouille et Olivier Panis, dernier pilote victorieux en Formule 1, au volant d’une Ligier (1996). Et bien évidemment, le plus fidèle d’entre eux (il a piloté pour Guy Ligier de 1976 à 1982 et de 1985 à 1986) Jacques Laffite, extrêmement ému...

 

 

Ajouter un message