Carnet

Sandor Racz

Sandor Racz 17 mars 1933 - 30 avril 2013
01/10/2015

L’homme qui a failli faire vaciller l’URSS

Le dirigeant ouvrier du soulèvement hongrois de 1956 contre l'Union soviétique Sandor Racz est décédé, il avait 80 ans. Sandor était le président honoraire de l'Association mondiale des Hongrois.
 
A la tête du conseil ouvrier, il a résisté contre les communistes du Premier ministre pro-soviétique Janos Kadar pendant plusieurs semaines, après que l'insurrection eut été écrasée par l'Armée rouge.
Il a été arrêté pour ses activités "contre-révolutionnaires" après le soulèvement et a été condamné à la prison à vie en 1958. Il a été mis en liberté en 1963 lors d'une amnistie générale.
Mécanicien dans l'usine d'outils de communication radiotechnique Hiradastechnika,il part en retraite anticipée en 1987 pour cause de maladie.
Tout au long des années 70 et 80, il a travaillé pour préserver la mémoire de 1956 et a été décorée, pour cette activité, en 1999.
 
Le soulèvement de 1956 a éclaté le 23 octobre et a été écrasé par l'armée soviétique début novembre. Mais en tant que président du conseil central des travailleurs de Budapest, Racz et d'autres dirigeants syndicaux ont poursuivi les objectifs du mouvement pendant plusieurs semaines, en négociant avec le Premier ministre pro-soviétique Janos Kadar et les principaux officiers de l'armée soviétique.

"Pour moi, la révolution était si peu ambiguë que je ne pouvais même pas imaginer un Hongrois ne pas soutenir son peuple à 1.000% quand il veut se libérer d'un système étranger meurtrier et oppresseur " a écrit Racz lors de ses mémoires publiés en 2005.

Alors même que la répression contre ceux qui prenaient part à la révolution était en cours (au moins 225 personnes seraient exécutées en 1958), les conseils ouvriers organisèrent deux grèves à l'échelle nationale en novembre et en décembre. Racz, alors âgé de 23 ans et fabricant d'outils dans une usine d'électronique, a été arrêté le 11 décembre 1956 après avoir été attiré au Parlement sous prétexte de discussions avec Kadar, qui dirigeait encore la Hongrie années avant la fin du régime communiste en 1990. Racz a été condamné à la prison à vie en 1958 mais libéré après une amnistie générale de 1963. Après sa libération, il est retourné au travail comme ouvrier et a participé à des réunions secrètes avec des étudiants, leur racontant les événements de 1956. Il a pris sa retraite en 1987 en raison de problèmes de santé et a passé le reste de sa vie à garder vivante la mémoire de 1956.

"Les conseils ouvriers étaient très importants, mais ils ont tendance à être oubliés car l'attention se porte principalement sur les aspects armés de la révolution", a déclaré l'écrivain Bob Dent (auteur d'un livre sur la révolution). "Les conseils étaient des syndicats non officiels représentant les travailleurs pendant et après le soulèvement".
Sandor laisse dans le deuil son épouse Aniko Damasdi et ses deux enfants.
 
 
 

Ajouter un message