Carnet

François Cavanna

François Cavanna 22 février 1923 - 29 janvier 2014
01/10/2015

  « La France est ma mère. L'Italie, ma sœur » disait François Cavanna. Le grand journaliste écrivain est décédé  à l’âge de 90 ans, le mercredi 29 janvier 2014 à l’hôpital de Créteil, Val-de-Marne suite à une fracture du fémur et des complications pulmonaires.

Issu d’une famille modeste, d’un père originaire d’Italie et d’une mère française, François Cavanna est né à Paris le 22 février 1923 et a vécu dans une petite communauté italienne à Nogent-sur-Marne où il  inaugura en 2008, la bibliothèque municipale Cavanna.

Maçon, STO (Service du travail obligatoire) puis travailleur dans une usine d'armement à Berlin, ce sont les parcours qu’a connu Cavanna avant la sortie du premier numéro de Hara-Kiri, le 9 septembre 1960, un magazine d’humour « sans tabou » où il fut rédacteur en chef tandis que Georges Bernier, son associé, s’occupa de la comptabilité.

Le départ de Delfeil de Ton (rédacteurs et collaborateurs fondateurs de Hara-Kiri) et des multiples procès ont entraîné la fermeture et le déclin de Hara-Kiri en 1970, qui fut par la suite remplacé par Charlie Hebdo.  Il a repris ses chroniques dans une toute nouvelle version du  journal au début des années 90, après dix ans d’arrêts, les lecteurs l’ayant abandonné.

Fasciné et captivé par la langue française depuis son jeune âge, on peut citer : Les Russkoffs et Les Ritals, parmi les cinquantaines de livres qu’il a écrits. Un passionné de lecture qui ne cessera jamais d’honorer  l’école républicaine et sa langue maternelle. 

Fidèle à lui-même, Cavanna qualifiait sa maladie de parkinson de « salope infâme »,  une maladie qui l’a d’ailleurs inspiré à écrire son dernier ouvrage « Lune de miel (Gallimard) » sorti en 2010.

Son incinération a eu lieu le 6 février 2014 au Père-Lachaise, pour être inhumée au cimetière de Chaumes-en-Brie (Seine-et-Marne) le lendemain. 

Ajouter un message