Carnet

Décès : Gotlib

Décès : Gotlib  14 juillet 1934 - 4 décembre 2016
06/12/2016

« On s’fend plus la gueule ! » Gai Luron est triste.

Né le 14 juillet 1934 dans le 18ème arrondissement de Paris, Marcel Mordekhaï Gottlieb dit Gotlib a grandi auprès de parents émigrés juifs hongrois. Si son père a été assassiné le 10 février 1945 au camp de concentration de Buchenwald après avoir été arrêté par la police française trois ans plus tôt, sa mère a réussi à cacher Gotlib et sa sœur au château des Groux à Verneuil-sur-Seine. L’auteur de BD père de Gai Luron s’est éteint à l’âge de 82 ans.

Un Fluide Glacial nous traverse...

Les éditions Dargaud ont annoncé la triste nouvelle de sa disparition à l’AFP. Marcel Gotlib, qui a commencé sa carrière dans la bande dessinée en 1962 dans le journal Vaillant, serait mort brutalement chez lui dans les Yvelines.

Ses débuts dans le métier ont été marqués par de nombreux dessins dans différentes pages, à savoir Klop, Gilou ou encore Puck et Poil. Cependant, l’un de ses succès reste la série Nanar, Jujube et Piette dans laquelle Gai Luron apparaît et qu’il continuera dans Pif Gadget.

⦁ Il rêvait de rentrer chez Pilote... Il n’y croit pas à l’ère de Tarzan ou Tintin mais après avoir harcelé le journal, un jour René Goscinny l’appelle et il crée dans les années 1960 les Dingodossiers et la Rubrique-à-brac qu’édite la revue Pilote.
⦁ Durant la présidence Pompidou, Gotlib a inventé le Superfranchouillard Superdupont, un anti-super héros qui portait un béret basque et une ceinture bleu-blanc-rouge. Le dessinateur a créé également Gai-Luron, un chien dépressif pour lequel il avait beaucoup d’affection et d’affinités.
⦁ En 1972, mettant fin à sa collaboration avec René Goscinny, Marcel fonde L’Echo des Savanes avec Claire Brétécher et Mandryka
⦁ Gotlib a également lancé sa propre revue en 1975, Fluide glacial.

Gotlib et Franquin : le second avait convié le premier à faire quelques extras dans la plus improbable expérience franco-belge du siècle dernier, le Trombone Illustré, supplément éphémère mais inégalable du Journal de Spirou; le premier n'a jamais caché l'admiration qu'il vouait au second, au point de l'inviter à exprimer ses Idées noires dans Fluide Glacial...Les nombreux fans de l’humoriste sont en deuil, ils ont perdu celui qui les a appris à rire à travers des pages de ses bandes dessinées. Marcel Gotlib terminait souvent ses planches par un malicieux : « voilà voilà ». Le dessinateur repose au cimetière du Vézinet auprès de sa mère et de son fils, mort jeune. 

 

 

Ajouter un message