Carnet

Alain Gayet

Alain Gayet 29 novembre 1922 - 20 avril 2017
27/04/2017

Le décès d’Alain Gayet le jeudi 20 avril porte désormais le nombre des derniers survivants des compagnons de la Libération à 11. C’est l'Ordre de la Libération qui a annoncé sa disparition, vendredi 21.
Né à Paris le 29 novembre 1922, Alain Gayet s’est engagé dès l’âge de 17 ans, dans les Forces françaises libres. Rattrapé par son âge, alors qu’il a été nommé sous-lieutenant, il entre en 1943 dans les rangs du 1er RMSM (Régiment de Marche de Spahis Marocains) après avoir obtenu son baccalauréat.
En 1944, Alain Gayet fut l’un de ceux qui ont débarqué en Normandie, et dirige l’axe du GTL (groupement tactique Langlade). Il continue de combattre dans les Vosges après la libération de Paris et dirige, le 21 novembre 1944 une équipe d'auto mitrailleuses avec des spahis marocains. Il donne l’ordre de combattre malgré le manque d’armement, et démoli un des dispositifs adverses.
Détenteur de 5 citations, Alain Gayet est promu au grade de lieutenant aussitôt après la guerre.
Fait compagnon de la Libération en 1945 par le général de Gaulle, Alain Gayet souhaitait être, si ce n’est pas le dernier, l’avant-dernier à mourir sur les 12 derniers compagnons encore en vie. La maladie d'Alzheimer a malheureusement eu raison de lui à l’âge de 94 ans.
Il entama, après la guerre terminée, des études en médecine pour devenir chirurgien du centre hospitalier et chirurgien libéral. Il a pratiqué à Bastia, Charleville-Mézières, Sables et à Dunkerque. Entre 1998 à 2009, il a présidé l'amicale des Spahis pendant sa retraite.
Endeuillée après la disparition de son aïeul, la productrice et actrice Julie Gayet a annoncé la mort d’Alain Gayet sur Instagram. Pour rendre hommage à cet homme amoureux de la liberté, François Hollande a écrit dans un communiqué qu’Alain Gayet fut l’un des plus jeunes Français Libres.
Ses obsèques ont eu lieu lundi 24 avril, à la Cathédrale Saint-Louis des Invalides à Paris.

 

Ajouter un message