Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7J / 7, de 9h à 18h (appel local non surtaxé)

550 journaux et éditions
Commandes 24H sur 24, 7 jours sur 7

Publiez un avis dans la presse

Registre des décès en France depuis 1970.
Plus de 26 millions de résultats (Insee)

En consultation gratuite

Recherchez un avis de deces

Funérailles : Gina Lollobrigida

Funérailles : Gina Lollobrigida 4 juillet 1927 - 16 janvier 2023
16/01/2023

La star et icône du cinéma italien

Née dans le petit village de Subiaco, au cœur des montagnes abruzzes (centre de l'Italie), dans une famille modeste, Gina fut remarquée dans un roman-photo où elle posait sous le pseudonyme de Diana Loris et poursuivait ses études aux Beaux-Arts. En 1947, elle termine deuxième au concours de Miss Rome et troisième à celui de Miss Italie. Sa présence à l’écran, dans des rôles secondaires, n’est dictée que par ses atouts physiques et sa beauté voluptueuse car elle partage avec Silvana Mangano, l’honneur de susciter les fantasmes érotiques des spectateurs italiens de l’après-guerre. Il se dit dans la Péninsule que Gina est « la meilleure chose qui soit arrivée depuis l’invention des spaghettis ». L’annonce du décès a été faite par le ministre Italien de la Culture.


La beauté d'Esmeralda et de la fée protectrice de Pinocchio

L’actrice italienne, avait explosé en France en 1952 avec le film « Fanfan la Tulipe », aux côtés de Gérard Philipe puis dans « Notre-Dame de Paris » en 1956. Lollobrigida, ce nom qui la faisait rire. Son producteur a voulu lui trouver un autre nom. « Il m’a dit que ça voulait dire jolis seins en français et que c’était gênant », racontait-elle en 1992.

Un carnet de bal hollywoodien ! pour cette actrice qui a joué aux côtés de stars telles que Humphrey Bogart, Rock Hudson, Burt Lancaster, Frank Sinatra, Tony Curtis, l'acteur Sean Connery, Marcello Mastroianni...devenant l'une des icônes du cinéma les plus reconnaissables des années 1950 et 1960. L’actrice italienne va enchaîner les rôles durant toute la décennie. En 1956, elle remporte le David di Donatello de la meilleure actrice pour la Belle des belles. En 1961, Gina Lollobrigida est consacrée en recevant le Golden Globe de la meilleure actrice au monde. 

Coqueluche des paparazzi, la « Vénus impériale » poursuit sa carrière et s’illustre notamment dans le film de Jean Delannoy qui lui vaut de remporter le David di Donatello de la meilleure actrice en 1963 pour Vénus impériale. Elle tourne ensuite plusieurs films, La mer à boire, La femme de paille…qui rencontrent moins de succès que les précédents. En 1973, elle joue dans Roses rouges et piments verts avant de s’éloigner des plateaux de cinéma.


« Je ne voulais pas être actrice mais artiste »

Dans les années 80, Gina Lollobrigida revient sur le petit écran dans la série Falcon Crest et La croisière s’amuse. L’actrice se consacrait depuis à la photographie et à la sculpture :
⦁ En 1973, elle publie un livre de photographies : Italia Mia, qui reçoit le Prix Nadar.
⦁ En 1983, elle expose ses sculptures monumentales à Séville, lors de l’exposition universelle. Elle remporte un vif succès et va exposer dans le monde entier.
⦁ En 1996, elle devient membre honoraire de l’Académie des arts du dessin de Florence.
⦁ En 2003, elle organise une exposition à Paris "Je me suis donnée au cinéma et je ne le regrette pas, mais quand le cinéma a changé, j'ai décidé de retrouver ma passion", avait confié la star à l'occasion de l'inauguration.

En 1999, elle avait tenté une incursion en politique, en se portant candidate aux élections européennes en numéro deux sur une liste centriste, sans succès. Fin septembre 2022, elle s'était aussi portée candidate à un siège au Sénat sur la liste "Italie souveraine et populaire", là encore sans parvenir à être élue. Son engagement l'avait amené à être par ailleurs ambassadrice de l'Unicef mais elle avait dû attendre février 2018 pour avoir son étoile à Hollywood... Son seul regret ? le sex-symbol déclarait au journal Le Figaro n’avoir jamais trouvé l'âme sœur et n’avoir connu que des amours « à sens unique ».

« Je ne voulais pas être actrice mais artiste. J’étais figurante seulement pour ramener de l’argent à la maison. Puis on m’a offert un vrai rôle. Ce n’était pas ce que je voulais. J’ai pensé : « J’y vais et je leur demande la lune, un million ! ». Ils me l’ont donné et j’ai commencé à faire du cinéma » avait-elle raconté à Vanity Fair Italie en 2007.

 

Ajouter un message