Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Courrier de l'Ouest
L'Avenir
L'Eveil de Pont-Audemer
L'Observateur du Valenciennois
La Croix du Nord
La Presse de la Manche
La Tribune
Le Berry Républicain
Le Courrier Cauchois
Le Courrier Indépendant
Le Journal d'Ici Tarn et Lauragais
Le Journal de Saone et Loire
Le Paysan Lorrain
Le Progrès
Le Réveil Normand

Alain Resnais

01/10/2015
Alain Resnais 3 juin 1922 - 1 mars 2014

Le cinéaste français, Alain Resnais s’est éteint le 1er mars 2014 à Paris à l’âge de 91 ans. Il souffrait, de problèmes d’ossature depuis longtemps. Selon Jean-Louis Livi, son producteur,  il est mort paisiblement et sereinement, car entouré de sa famille.

Alain Resnais est né à Vannes le 3 juin 1922. Issu d’une famille cultivée, d’un père pharmacien, il a connu, depuis son jeune âge, toutes formes d’arts. À l'âge 12 ans, il s’est offert une petite caméra Kodak et commençait à tourner ses premiers courts métrages. Il voulait, dans un premier temps, être acteur, et commença à travailler, après son déménagement à Paris en 1939,  au théâtre des Mathurins en tant qu’assistant de Georges Pitoëff. Il a obtenu par la suite un rôle dans « Les Visiteurs du soir » après avoir connu le Cours Simon.

Même avec une étude sévère, il n’a jamais eu son baccalauréat, ce fut son grand regret. En 1943, il a pris l’initiative d’entrer à l’IDHEC et admis dans la section montage. Il commença à savourer l’art de photographier et les films à la Cinémathèque.

Réalisateur, il commença à l’être en 1948 avec « Van Gogh », un court métrage documentaire de Pierre Braunberger, primé aux Oscars et à la Biennale de Venise. Ce n’est qu’en 1959 qu’Alain Resnais a réalisé : « Hiroshima mon amour », son premier long métrage, écrit par Marguerite Duras. Le film n’ayant pas eu trop succès est considéré comme « hors-jeu » au Festival de Cannes en 1959.

On peut citer parmi ces longs métrages : « Je t'aime je t'aime » en 1968, « Providence » en 1975 ou encore « Mon oncle d'Amérique » en 1980. Avec « La vie est un roman » qu’il a réalisé en 1982, un surprenant reflet de l'éducation et de l'utopie, et « L'Amour à mort », Alain Resnais retrouva ses anciens goûts pour la comédie musicale, le théâtre et la bande dessinée.  Nul n'a marié comme Alain Resnais la culture populaire et la culture savante.

Vie privée :

Le nom de Florence Malraux, sa femme et son assistante de l’époque apparait au générique de « L'Année dernière à Marienbad ». Pour Resnais vie créative et vie privée sont très liées, continuellement discret sur sa vie intime.

On l’a connu par son élégance, sa discrétion, son calme ou encore par sa longévité. Doté d’une débordante imagination,  il a su mélanger ses représentations cinématographiques à d’autres arts : musique, littérature, peinture, théâtre ou bande dessinée.

Son dernier film : « Aimer, boire et chanter » sortira sur les écrans le 26 mars. Le tournage de ce film a entièrement été fait en studios. 

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z