Carnet

Franco Zeffirelli

Franco Zeffirelli 12 février 1923 - 15 juin 2019
19/06/2019

L’homme qui vient de disparaître à l’âge de 96 ans, dans sa résidence de Rome, des suites d’une longue maladie laisse derrière lui une vingtaine de films et des productions acclamées sur les plus grandes scènes lyriques du monde entier, a annoncé le quotidien national Le Monde. Zeffirelli (qui était souvent plus apprécié par le public que par la critique), était le dernier des géants du cinéma italien apparus après la Deuxième Guerre mondiale et qui comptaient aussi Federico Fellini, Luchino Visconti ou Vittorio De Sica.

Sa mort a suscité une vague d’émotion dans sa ville natale de Florence, mais aussi dans le milieu du cinéma et de la culture, dont il était une figure marquante. "Franco Zeffirelli, l'un des plus grands hommes de culture que le monde ait connus, s'est éteint ce matin. Adieu cher Maestro, Florence ne vous oubliera jamais", a annoncé Dario Nardella (Maire de Florence, la ville natale de Franco).

L’un des 35 descendants de Léonard de Vinci… (Désigné par deux historiens italiens). Franco Zeffirelli portait un nom inventé de toutes pièces par sa mère, férue de Mozart. Ce fils illégitime d’Alaide Garosi (dessinatrice de mode), et du marchand de laine et soie Ottorino Corsi, ne pouvait endosser aucun des patronymes de ses géniteurs, tous deux coupables d’infidélité conjugale.

Réalisateur, scénariste, producteur et metteur en scène, Franco Zeffirelli a signé une vingtaine de longs métrages et mis en scène une trentaine de pièces de théâtre et d'opéra. 

· Au cinéma : il avait dirigé des stars comme Elizabeth Taylor, Richard Burton dans « La mégère apprivoisée », Laurence Olivier ou Faye Dunaway. En 1968, il avait remporté deux Oscars pour son film « Roméo et Juliette ». C'est de loin son film le plus connu et celui qui remporta le plus grand succès critique et populaire. Au cinéma, outre ses adaptations shakespeariennes, il avait réalisé quelques adaptations d'opéras, comme La Traviata en 1982, ou des films inspirés par le monde lyrique, comme Le Jeune Toscanini en 1988 et Callas Forever en 2002.
· Sur les scènes lyriques : Ami avec Maria Callas, il la dirige dans plusieurs productions, dont La Traviata à Dallas en 1959, puis Tosca et Norma, à Londres et Paris en 1964. Sa mise en scène de La Bohème pour le Metropolitan Opera en 1963, est devenue un classique tant elle a été montée partout dans le monde. Il a collaboré avec les plus grands ténors : Placido Domingo, Luciano Pavarotti ou Jose Carreras.

Depuis quelques années, un musée réunissant ses archives est ouvert à Florence. Franco Zeffirelli aurait dû en 2020 mettre en scène Rigoletto à Oman, mais ses productions restent à l'affiche à Vérone ou à New York.
« J’apprécie la beauté, celle simple et rigoureuse qui s’impose sans effort à l’esprit », aimait-il à dire.
C'est un monument de la culture italienne qui vient de disparaître.

 

Ajouter un message