Carnet

Peter Lindbergh

Peter Lindbergh 23 novembre 1944 - 3 septembre 2019
09/09/2019

Le maitre du noir et blanc

Considéré comme un pionnier dans son art, « il a su redéfinir la photographie de mode contemporaine et ses standards de beauté en sublimant les femmes de tout âge », souligne le communiqué de sa famille annonçant son décès, sans donner plus de précisions sur le lieu et les circonstances… Vraisemblablement parti dans son sommeil alors qu’il se trouvait à Dallas, en partance pour Ibiza selon le Figaro.

Née en Pologne en 1944, Peter Lindbergh commence sa carrière en Allemagne et destine ses premiers clichés à la publicité. Dans la foulée, il travaille pour l’hebdomadaire allemand Stern où de nombreux grands noms de la photographie ont évolué (Guy Bourdin ou Helmut Newton entre autres...). Son style très intimiste le distingue rapidement : ses clichés sont sans artifice et attachés à révéler l'être sans fard. Il fonde son studio en 1973, devient parisien en 1978 et le succès ne le quitte plus :

⦁ Calendriers Pirelli (éditions 1996, 2002 et 2017).
⦁ Documentaires (Models, The Film en 1991, Inner Voices en 1999...)
⦁ Collaborations avec de nombreuses revues (Vogue, Vanity Fair, Elle, The New Yorker, Harper’s Bazaar...)
⦁ Pochettes d'album ( Wildest Dream, de Tina Turner I am... Sasha Fierce de Beyoncé)... 

Le regard du photographe touche à tout a contribué à l'émergence des super-modèles dans les années 90.

Peter a marqué le monde de la mode avec ses portraits sans fards, souvent en noir et blanc, de stars et de mannequins : "Je retouche très peu mes images, je ne veux pas déformer ni massacrer les femmes", expliquait le photographe fasciné par "la géographie" des visages.
Kate Moss, Naomi Campbell, Linda Evangelista, Milla Jovovich côté mannequins, Nicole Kidman, Isabelle Huppert ou encore Julianne Moore lui accordaient une entière confiance, s'abandonnant devant son objectif. 
En 1988, dans une série mode de Vogue UK, il réunit Linda Evangelista, Naomi Campbell, Cindy Crawford, Tatjana Patitz et Christy Turlington et capture leur beauté en noir et blanc dans une simple chemise blanche. Le célèbre cliché avant-gardiste, pris sur une plage de Californie, se distingue par la simplicité des modèles tout en redéfinissant les standards de la beauté.
Cette couverture fera basculer la mode dans l'ère des supermodels, c’est avec l’un de ses shootings épurés qu'il atteindra la postérité.

Ces tops ne sont pas les les seules à avoir été au contact de son immense talent. Vanessa Paradis, Lara Stone, Penelope Cruz... on ne compte plus les stars qui ont eu l'honneur de poser sous son objectif.  Influencé par le travail d’Irving Penn, par les lumières monochromes de Duisbourg et du cinéma allemand de l’avant-guerre, ("L'Ange Bleu", "Metropolis") de son compatriote Wim Wenders ("Les Ailes du désir") en passant par "Stranger than paradise" de Jim Jarmusch, lui aussi en noir et blanc. Peter Lindbergh a fait du noir et blanc une signature forte.

« Le film noir et blanc a une autre façon de refléter la peau. On remarque alors le moindre détail et la photo devient très vite un portrait », racontait-il dans une interview à Paris Match.
Marié à la photographe allemande Petra Sedlaczek, Peter Lindbergh était le père de quatre fils. 
De nombreuses personnalités n'ont pas manqué de lui rendre hommage.

 

Ajouter un message