Carnet

Gilbert LARRIAGA

Gilbert LARRIAGA 12 juin 1926 - 3 février 2019
06/02/2019

A l'âge de 92 ans, l'ancien reporter et réalisateur Gilbert Larriaga s’est éteint à l'hôpital de Laval, a annoncé le quotidien national Le Figaro.

« Sa caméra camouflée sous un tas de légumes »

Jeune cameraman pendant l'Occupation, Gilbert Larriaga a déjà effectué quelques prises de vues clandestines pour le compte des Alliés mais il va participer en juin 1944 à une opération de plus grande envergure. Il embarque (sous couvert d'un convoi de la Croix Rouge) sur le front de Normandie à bord d'un camion mais c’est en vélo qu’il arrive en zone rouge.
Les Allemands et Britanniques s'affrontent et une patrouille allemande va découvrir caméra camouflée sous un tas de légumes près du pont de Cabourg. Après des semaines d'internement, il est conduit en juillet 1944 à Caen, où il se voit signifier qu’il est condamné à mort.

Proche des lignes anglaises, il est sommé de creuser sa tombe… Un officier de l'Afrikakorps le sauvera in-extremis en lui demandant son âge, (certains gradés étaient soucieux d'éviter les massacres de prisonniers aux moments où de nombreux Allemands étaient déjà aux mains des Alliés…).
« Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais ... Paris Filmé »
Gilbert Larriaga est connu pour avoir filmé sa descente des Champs-Élysée. Le Général l'avait spécialement missionné pour cette tâche. "Charles de Gaulle ne voulait que Gilbert" assure un de ses proches.
Il est introduit dans l'équipe du CLCF par son ami Louis Félix et ils s'apprêtent à remonter vers la capitale pour filmer les événements parisiens.

Avec le nouveau format 35 mm, le 26 août 1944, Gilbert Larriaga se trouve en tête de cortège pour couvrir le défilé de la libération de Paris.
Son ami Louis Félix est posté au balcon d'un bâtiment de la Concorde avec une caméra sur pied, assure une partie des panoramiques sur la marche triomphale du Général de Gaulle et tourne des " scènes-croquis " de la foule.

Pionnier de la télévision française et témoin des grands évènements des années 50


Il rejoint comme reporter le premier journal télévisé créé par Pierre Sabbagh.
1952 : il couvre l’affaire Dominici.
Le 2 juin 1953 : il filme le couronnement de la reine Élisabeth II.
1956 : Crise du canal de Suez, le débarquement franco-britannique de Port-Saïd est dans la boite à image.
1958 : Naturellement, lors du retour au pouvoir du général de Gaulle au printemps, Gilbert Larriaga …

Cinq Colonnes à la une : De 1959 à 1963.
Lancé par Raymond Marcillac après l’arrêt de l’émission, il réalise le nouvel hebdomadaire « Sept Jours du Monde » en 1963, puis Édouard Sablier à la direction de l’actualité, le charge de la réalisation de l’émission « Panorama ».

« Les Dossiers de l’écran »

Sa rubrique en 1977 consiste à expliquer des fait-divers célèbres et des faits de la grande Histoire qu’il a vécue et filmée en tant que reporter dans le passé : le canal de suez, le président Nixon ou De Gaulle …

Le Sport aussi dans le viseur. Il se voit confier la réalisation du Tour de France de 1953 à 1981, grâce à son expérience du direct acquise au Journal télévisé il en fera une quinzaine comme réalisateur, hélicoptères et motos sont mis à sa disposition.
1955 : Il recueille les images de l'accident le plus important de l'histoire du sport Automobile aux 24h du Mans avec 84 morts et plus de 120 blessés.
Emission commentée par Maurice Séveno, le 23 août 1966, il réalise le grand direct final du sauvetage dans le massif des Drus des alpinistes allemands.

En Mayenne, l’un des plus grands réalisateurs et homme de télévision s'est éteint des suites de problèmes respiratoires, Gilbert Larriaga devrait reposer dans le caveau le caveau familial du cimetière des Batignolles près de Clichy. 

 

Ajouter un message