Carnet

Charles Gérard

Charles Gérard 1 décembre 1922 - 19 septembre 2019
20/09/2019

"On se fait un resto bientôt ?" est sa dernière réplique à son meilleur pote, Jean-Paul Belmondo qu’il appelait « Bébél ».
Charles Gérard s'est éteint dans une clinique de Versailles où il était hospitalisé pour un état de fatigue générale selon le Parisien.

Né en 1926 à Istanbul de parents arméniens, Noubar Adjémian (de son vrai nom) à la carrure trapue était surtout reconnaissable à son nez si singulier, cassé par Jean-Paul Belmondo lors de leur première rencontre à l’Avia Club, sur un ring en 1948. Les deux jeunes se voient alors boxeurs, et se lient d'une amitié forte, qui durera plus de soixante-dix ans.

Un des grands seconds rôle du cinéma français

Charles Gérard préfère au cours des années 60 être derrière la caméra que devant. Il réalise des polars de série B comme :
- « L’Homme qui trahit la mafia » avec Robert Hossein
- « L’ennemi dans l’ombre » avec Roger Hanin.
- À l’époque, il est également journaliste pour l’émission sportive « Les coulisses de l’exploit ».

Après une première apparition dans « Le Voyou » en 1970, Charles Gérard devient un des seconds rôles attitrés dans les films de Claude Lelouch. « Y en a qui rentrent à la Comédie Française... y en a qui rentrent chez Lelouch », résumait ainsi l’acteur, apparu dans une vingtaine de longs-métrages du réalisateur qui lui taillera ces rôles sur mesure dont celui de « Charlot » dans la comédie à succès « L’aventure c’est l’aventure » avec Jacques Brel, Aldo Maccione et Lino Ventura. La séquence dite « John Davis » où Gérard essaye de convaincre Lino Ventura qu’il parle couramment anglais est un moment d’anthologie.

71 ans d’amitié

Toute sa vie, ce bon vivant restera cantonné à des seconds rôles très souvent avec « Bébel » qu'il accompagne partout. « Charlot » ne conçoit aucune frustration à être dans l’ombre, comme un cycliste il s’est mis volontairement dans la roue de Jean-Paul qui insistait : « s'il n'est pas dans le film, je ne fais pas le film ». Les compères enrichissent leur amitié de leur passion commune du sport : la boxe, mais aussi le foot et le tennis.

Claude Lelouch a rendu un hommage appuyé

« C’était non seulement le copain à l'écran mais aussi le copain dans la vie, qu'on pouvait appeler à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, il était toujours là pour nous faire rire et pour déconner parce que c'est important dans la vie. C'est une grosse perte pour le cinéma."…

 

Ajouter un message