Carnet

Anna Karina

Anna Karina 22 septembre 1940 - 14 décembre 2019
17/12/2019

Son regard était le regard de la Nouvelle Vague

La comédienne s’est éteinte auprès de son mari (le réalisateur américain Dennis Berry), a annoncé le quotidien Le Parisien. « Anna est partie hier dans un hôpital parisien des suites d’un cancer. C’était une artiste libre, unique », a déclaré son agent Laurent Balandras.
Née à Copenhague, Hanne Karin Bayer (son vrai nom) débarque à Paris à 17 ans après une brouille avec sa mère, avec la ferme intention d’y devenir actrice, repérée par une agence de mannequin elle est rebaptisée Anna Karina par la couturière Coco Chanel. C'est le mannequinat qui lui permettra ainsi de mettre un pied dans le monde du septième art...

L'actrice, réalisatrice et chanteuse Anna Karina, figure du cinéma et muse de Jean-Luc Godard, était une icône de la Nouvelle Vague. Un visage pâle, une frange brune, de grands yeux d'un bleu profond, l’ingénue libertaire s’était marié en 1961 avec le réalisateur.

Sa lumière et son fardeau. Un mariage chaotique et le drame de sa vie ...

Anna Karina apprend qu'elle est enceinte de Jean-Luc quelques mois après le tournage de son troisième film Une femme est une femme (avec Jean-Paul Belmondo, Jean-Claude Brialy et Jeanne Moreau). Ils perdront leurs enfants à la naissance et ne se remettra jamais de ce drame.
La belle-famille d’Anna avait du mal à accepter qu’une « jeune étrange » ne venant pas du même milieu épouse leurs fils, six ans plus tard, méprisée, elle mettra fin à son mariage.

De la Pub Palmolive à Visconti ...

Elle tourne en 1959 une publicité « kitschissime » pour une marque de savon. Godard la contacte alors pour un rôle dans A bout de souffle. Il exige sèchement qu'elle se dénude lors des essais, elle refuse. Ils vont tourner par la suite sept films ensemble parmi lesquels :

⦁ Le petit soldat (1960)
⦁ Une femme est une femme (En interprétant le personnage d’une femme fatale appelée Angela, pour lequel elle chante, elle gagne le prix de la meilleure actrice au festival de Berlin (1961). 
⦁ Vivre sa vie
⦁ Pierrot le fou avec Jean-Paul Belmondo. 
⦁ Alphaville

Tout au long de sa carrière, elle joue devant la caméra de prestigieux metteurs en scène : Agnès Varda, Michel Deville, Chris Marker, Roger Vadim, Raoul Ruiz... Sa prestation de Suzanne Simonin, La Religieuse de Diderot (1967) de Jacques Rivette est même considérée par certains comme la meilleure de sa carrière.

⦁ Anna Karina sera dirigée par Visconti dans L’Étranger (aux côtés de Marcello Mastroianni)
⦁ En 1973 elle fait ses débuts de réalisatrice avec Vivre Ensemble dans lequel elle joue également.
⦁ En 2007, elle réalise, au Québec, un road-movie nommé Victoria, dans lequel elle interprète le rôle principal.

Anna Karina mène aussi une carrière de chanteuse :

⦁ En 1967, elle rencontre un grand succès avec Sous le soleil exactement et Roller Girl. Ces titres sont extraits de la comédie musicale Anna de Serge Gainsbourg (qui lui aurait téléphoné deux jours avant sa mort pour tourner un film avec elle).
⦁ En 2000, avec Philippe Katerine, elle enregistre un album intitulé « Une histoire d’amour ».

Icône des années 60 affranchies, Anna était comme une présence unique, si attachante, si joyeuse, si forte et si fragile, à l’écran comme dans la vie, et forcément irremplaçable. C'est vraiment un pan de l'histoire du cinéma qui disparaît...

 

Ajouter un message