Carnet

Bernard Lavalette

Bernard Lavalette 20 janvier 1926 - 14 décembre 2019
07/01/2020

Il aura eu plusieurs vies...

Devant la caméra, derrière un micro ou sur les planches de théâtre

Amiral, colonel, député, ministre ou préfet.... Il avait souvent les rôles de personnages officiels ou de notables pour cet acteur aux épais sourcils.
Le château de Villebois-Lavalette en Charente a inspiré son ami Pierre Tchernia pour son nom de scène : Lavalette, son vrai nom étant Bernard de Fleury.
C’est d’ailleurs au village où seront organisées les obsèques (selon l’annonce de sa fille Anne).
L’archétype du second rôle qu’on avait plaisir de reconnaître de films en Pièces de « Au théâtre ce soir », de feuilletons... Il était un de ces indispensables qui soutenaient les intrigues, les scénarios et les histoires.
Chansonnier infatigable, Il travailla aussi dans les cabarets de la Rive Gauche :
L’Ecluse, l’Échelle de Jacob, au Port du Salut, à la Galerie 55. Les salles les plus prestigieuses, comme Bobino et L’Olympia lui ouvrirent également leurs portes.

Bernard Lavalette avait tenu plus de 70 rôles à l’écran de 1957 à 1988, avec une prédilection marquée pour la comédie. Parmi ses principaux films, figurent :
⦁ Messieurs les ronds de cuir, la Belle Américaine (1961) avec Louis de Funès, Un Drôle de paroissien...
⦁ Thomas l’imposteur, La Grande Mafia, Le permis de conduire, Impossible pas français...

Sa carrière est aussi riche de nombreuses pièces de boulevard. L’acteur a été longtemps pensionnaire du Théâtre des Dix-Heures, du Caveau de la République, des Trois-Baudets et du Théâtre des Deux-Ânes....

« Et à part ça, qu’est-ce que vous faites ? »

Le comédien a également été très actif à la télévision dans de nombreux téléfilms et séries :
⦁ Les saintes chéries, Arsène Lupin, Les brigades du Tigre...
⦁ Mais également un homme de doublage, prêtant sa voix au narrateur d'Astérix le Gaulois, Astérix et Cléopâtre ou « Croquetou » dans Aglaë et Sidonie...

Enfin, l’homme des planches parisiennes avait publié un livre de souvenirs, « Et à part ça, qu'est-ce que vous faites ? », où il se racontait sur un ton joyeux et sans prétention. « J'en ai eu envie un jour. Je me suis assis à ma table et j'ai commencé à écrire. Je me suis laissé prendre au jeu et j'ai continué. Je suis arrivé à plus de 300 pages en me disant qu'il était peut-être temps de m'arrêter » racontait-il en 2012.

Quand on pense que pas une chaîne de télévision ne lui a rendu ne serait-ce deux minutes d'hommage, de quoi sourciller !...

 

Livre d'Or

Jean-Luc Demichel mardi 28 avril 2020
Ami de Véronque de Fleury sa fille qui me racontait sur les bancs de la 6ièmeC de Paul-Bert à St mandé les différentes vies de son père, acteurs, chansonnier et présentateur d'émission de télévision, je lui présente tous mes sentiments attristés.

Ajouter un message