Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Echo du Berry
L'Impartial
L'Observateur du Cambrésis
L'Union
La Renaissance Lochoise
La République du centre
La Voix du Nord
Le Courrier d'Aix
Le Courrier La Gazette
Le Démocrate de l'Aisne
Le Phare Dunkerquois
Nice Matin
Pontivy Journal
Populaire du centre
Vaucluse L'Hebdo

Mort à l’âge de 93 ans d’Armand Gatti.

11/04/2017
Mort à l’âge de 93 ans d’Armand Gatti. 26 janvier 1924 - 6 avril 2017

Cinéaste, dramaturge, écrivain, Armand Gatti dont le théâtre a toujours été son refuge, s’est éteint à l’hôpital Begin de Vincennes le jeudi 6 avril.
Né Dante Sauveur Gatti à Monaco le 26 janvier 1924, Armand Gatti qui est pourtant issu d’une famille modeste, d’une mère femme de ménage, Letizia Luzona, et d’un père balayeur, Augusto Reiner Gatti, est devenu un grand homme. Après la mort de son père, Gatti s’est engagé dans la Résistance, fut emprisonné après son arrestation et condamné à mort. Il s’est par la suite évadé et rejoint les parachutistes britanniques.
Une fois la guerre terminée, Armand Gatti travailla comme journaliste et devient par la suite, un reporter de renom. L’ensemble de ses reportages en France, en Chine ou encore en Inde lui a valu en 1954, le prix Albert-Londres.
En 1959, il abandonnera sa vie de reporter pour être écrivain, réalisateur et metteur en scène des films, dont le premier fut « Le Crapaud-Buffle », suivi de « L’Enclos » qui lui a valu une prime à Cannes en 1961, ou encore « El Otro Cristobal », sorti en 1963.
Mais puisqu’il n’a pas eu un grand succès sur le grand écran, il se tourna à nouveau vers le théâtre, mais cette fois « un théâtre qui divise, un théâtre d’agitation », où il trouva enfin sa voix. La célébrité est au rendez-vous, mais il a été confronté à une censure en 1958. « La passion du Général Franco » a été retirée de l’affiche.
La soif de séduire le public populaire, a poussé Gatti à renoncer au théâtre traditionnel. Il fonde dans les années 80, l'Atelier de création populaire à Toulouse au contact des immigrés, des chômeurs, des gens illettrés, des marginaux, ou encore des condamnés à mort.
À l’annonce de la disparition d’Armand Gatti à l’âge de 93 ans, les hommages se sont multipliés. Il laisse une trace indélébile, non seulement dans le monde du théâtre ou encore dans le milieu intellectuel, mais surtout à Montreuil où Gatti a installé sa compagnie « La Parole errante ».

 

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z