Carnet

Arsène Tchakarian

Arsène Tchakarian 21 décembre 1916 - 4 août 2018
16/08/2018

Le quotidien national Libération a annoncé la disparition du dernier survivant du groupe « Manouchian », l’ancien résistant Arsène Tchakarian à l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif, le samedi 4 août 2018. Au mois de février de cette année, il rendait hommage aux membres de l’Affiche rouge puis trois mois plus tard assistait encore à une cérémonie d’hommage à ses 23 frères d’armes fusillés en 1944. Il est également connu pour avoir été un historien français d’origine arménienne.

Né le 21 décembre 1916 à Sabanja dans l’Empire ottoman, Arsène Tchakarian se voit, avec sa famille, de suivre l'exil de nombreuses familles arméniennes qui sont dans l’obligation de quitter le territoire turc, en raison du génocide arménien et des conséquences de la Première Guerre mondiale. Alors âgé de 14 ans, la famille Tchakarian arrive à Marseille après avoir obtenu deux ans plus tôt le passeport Nansen leur permettant de voyager. En 1936, il fait la connaissance du poète arménien et militant communiste Missak Manouchian alors qu’il participait aux manifestations du Front populaire. Il s’est éteint à l’âge de 101 ans.

A l’âge de 21 ans, Arsène Tchakarian intègre le 182e régiment d'artillerie lourde de Vincennes. Il participe ensuite aux combats des Ardennes et de la Meuse en 1939 et 1940. Après la défaite française de la bataille de France, il est démobilisé, le 05 août 1940 à Nîmes. Cette même année, il part à Paris pour rejoindre Missak Manouchian avant la rupture du pacte germano-soviétique. Trois ans plus tard est formé le « Groupe Manouchian ». Distribution de tracts, sabotage, actions militaires… il a participé à différentes manifestations. Arsène Tchakarian a été inhumé au cimetière parisien d’Ivry près du « carré des fusillés » où reposent ses camarades du groupe Manouchian, le mardi 14 août 2018.

Ajouter un message