Carnet

Michel Piccoli

Michel Piccoli 27 décembre 1925 - 12 mai 2020
19/05/2020

Monstre sacré du cinéma français, il avait collectionné les tournages avec 176 films.


Michel Piccoli s’est éteint dans les bras de sa dernière épouse Ludivine des suites d’un accident cérébral. Le couple avait décidé d'adopter deux enfants en Pologne : Inord et Missia qui étaient présents aux côtés du comédien lorsque celui-ci a fermé les yeux...

"J'aime bien être le haut-parleur de textes merveilleux" déclarait l’acteur en 2006 à France Culture. Peu bavard à 9 ans, mais qui écoutait beaucoup, il inverse définitivement la tendance avec la découverte du théâtre. Il laissera derrière lui 49 pièces de théâtre... 

⦁ Michel Piccoli a débuté sa carrière au cinéma dès 1945 comme le précise ⦁ le Progrès, en faisant une brève apparition dans Sortilèges ou Le Cavalier de Riouclare de Christian-Jaque.
⦁ Les années suivantes seront prolifiques en rôle pour l'acteur qui tourne même déjà pour Jean Renoir (French Cancan), Jean-Pierre Melville (Le Doulos), Luis Bunuel (La Mort en ce jardin, Le journal d'une femme de chambre).
⦁ Sa carrière d’une remarquable longévité est indissociable des films de Luis Buñuel et de Claude Sautet mais il fut Révélé par « Le Mépris » de Godard (1963) grâce au rôle de Paul Javal où il forme un couple de légende avec Brigitte Bardot qui a déclaré à l’annonce de sa mort : « Il avait du talent et il aimait mes fesses... Les derniers embruns de la Nouvelle vague l’ont emporté me laissant seule sur la plage abandonnée », conclut BB.


"J'ai joué à avoir plusieurs vies"

L’acteur aux sourcils broussailleux a joué devant les plus grands, comme Alfred Hitchcock, Jacques Demy, Renoir et Chabrol. On a également pu le voir dans Les Choses de la vie de Claude Sautet (1970), Belle de jour, Les demoiselles de Rochefort (avec Catherine Deneuve), L'étau... En 2012, dans le long-métrage franco-italien Habemus papam, il avait décroché le David di Donatello du meilleur acteur pour ce rôle. Avec son refus des plans de carrière et sa voix qui tonne, ce personnage énigmatique, s’est régalé à jouer l’extravagance et les délires les plus troubles, on pense évidemment à La grande Bouffe (1973).


Michel Piccoli évoquait déjà sa mort il y a cinq ans

Dans son autobiographie, il évoquait la vieillesse qui affectait sa mémoire et la mort : 

⦁ "On voudrait que ça ne s'arrête jamais et cela va s'arrêter. C'est très difficile. La mémoire se dégrade. Et je suis victime de cette catastrophe pour un acteur."
⦁ "J'aimerais ne pas mourir ! ... et la personne la plus triste, le jour de ma mort, ce sera moi-même. Je me regretterai beaucoup. C'est très orgueilleux mais je le pense profondément"

Mais c'est une pluie d'hommages qui s'impose depuis l'annonce de sa disparition. De nombreuses personnalités se sont ainsi jointes aux anonymes pour rendre hommage à Michel Piccoli. Vincent, François, Paul et les autres te regrette aussi beaucoup...

 

Ajouter un message