Carnet

Ruth Bader Ginsburg

Ruth Bader Ginsburg 15 mars 1933 - 18 septembre 2020
28/09/2020

La doyenne de la Cour suprême des États-Unis, est décédée à l'âge de 87 ans.

Elle est morte à son domicile, entourée de sa famille, des suites d'un cancer du pancréas. Depuis le 18 septembre 2020, jour de sa mort, ses lunettes et sa toge de magistrate font la une des médias.

Comment est née sa vocation ?

Brooklyn (New York), naissance le 15 mars 1933 de Ruth, elle grandit sans sa sœur Marylin, décédée à l’âge de 6 ans et l’éducation de Ruth est au centre des préoccupations de sa mère. Une mauvaise note à l’école, la première et la dernière, sa mère parie sur l’avenir de sa très sérieuse gamine qui obtient la bourse de l’État de New York et son ticket d’entrée pour l’Université de Cornell.

Sa maman succombe à un cancer la veille de la cérémonie de remise du diplôme, mais elle a secrètement économisé pour financer ses études.
En cette période de chasse aux communistes et de combats judiciaires, Ruth, admirative, observe les avocats qui défendent les droits des personnes à penser, parler, écrire librement. Sa vocation est née.

⦁ RBG prend sa revanche contre le sexisme en devenant la première femme à intégrer la prestigieuse Harvard Law Review mais elle est l’une des neuf femmes sélectionnées parmi les 500 étudiants acceptés en 1956 et doit se justifier devant le doyen de sa faculté qui lui demande pourquoi elle « prend la place d’un homme ».
⦁ Elle obtient son doctorat en droit en 1959 à la Columbia Law School, où elle avait demandé à être transférée pour être aux côtés de son mari, qui avait trouvé un travail à New York.
⦁ Ruth Bader Ginsburg débute sa carrière en défendant les droits des femmes et cofonde avec l’American Civil Liberties Union le Projet des droits des femmes en 1972.
⦁ Tour à tour enseignante à l’Université de Columbia et chercheuse à l’Université de Stanford, elle devint professeur de droit à l’Université de Rutgers, puis à Columbia.

Nommée à vie par Bill Clinton, en 1993, après Sandra Day O’Connor elle est la seconde femme à occuper ce poste prestigieux au sommet du pouvoir judiciaire des États-Unis, qui statue sur les cas de dernier ressort.
Ruth n’est plus et la gauche américaine a perdu son icône, celle qui a défendu sans relâche l’égalité des sexes. De loin la plus connue des juges de la plus haute instance juridique du pays, elle était adulée par les progressistes et détestée par les conservateurs, et donc était l’ennemie jurée de Donald Trump !

Sachant que les magistrats de la Cour Suprême sont nommés à vie, Donald Trump aura réussi à faire basculer très récemment et durablement l'institution à droite avec la nomination de la conservatrice Amy Coney Barrett, avec six juges conservateurs contre trois progressistes.

Son cercueil, drapé d'un drapeau américain.

Le corps de la juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg est entré au Capitole des Etats-Unis, vendredi 25 septembre. Elle est devenue la deuxième femme de l'histoire à recevoir ces honneurs au siège du Congrès, en présence du candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden. Son cercueil, drapé d'un drapeau américain, est arrivé dans la matinée sur la grande place devant le dôme du Capitole à Washington, dont le drapeau était en berne.

Nous ne sommes pas certains que Ruth repose en paix.

Elle n’ignorait pas avant sa disparition qu’il y ait une incidence sur les résultats de l'élection présidentielle (le 3/11/2020) avec de fortes chances que le résultat soit serré, et contesté, le camp Trump crie déjà à la fraude au sujet du nombre sans précédent de votes par correspondance, sans preuves. Les Démocrates et Biden ont déjà prévu une armée d’avocats. Or, qui a le dernier mot pour valider un scrutin aux Etats-Unis ? La Cour Suprême. « Allo Amy, c’est Donald, stp tu peux faire quelque chose ?! »...

 

Ajouter un message